Association
pour la Défense de l'Environnement
et la Maîtrise de l'Urbanisation
à Brétigny-sur-Orge
L'ADEMUB est membre de France Nature Environnement
Accueil du siteActualités, débats, propositions

Brèves
Quand les actes contredisent les paroles !

Décidément, les pouvoirs en place, à droite comme à gauche et à tous les niveaux, n’aiment pas les associations qui œuvrent pour la défense de notre environnement, pourtant fort menacé.

1- Le Conseil départemental, dont le maire de Brétigny est vice-président, supprime sans vergogne et sans discussion la subvention 2016 de l’ADEMUB.

2- Le conseil régional de Mme Pécresse supprime ou réduit fortement les subventions aux associations qui mènent un combat de tous les jours pour le développement de l’agriculture biologique en Ile-de-France, région la plus en retard en ce domaine.

3- Le ministère de l’environnement de Mme Royal supprime totalement les subventions 2016 de 6 associations nationales qui agissent pour le développement du vélo en France.

L’ADEMUB s’élève avec la plus grande vigueur contre ces coups de force visant le mouvement associatif, élément pourtant indispensable dans le bon fonctionnement de notre démocratie et dans la lutte contre tout ce qui porte atteinte à notre environnement, à notre vie !

Quel gâchis !

La Ville de Paris collecte chaque automne 40.000 tonnes de feuilles mortes. De quoi faire beaucoup de bon compost pour nos jardins et nos espaces verts en mal d’amendements.

Mais non, figurez-vous !

Ces feuilles sont tellement polluées aux hydrocarbures qu’elles sont impropres au compostage. Elles vont directement alimenter les usines d’incinération. Quel gâchis ! On marche vraiment sur la tête dans notre beau pays. Merci aux automobilistes et autres conducteurs d’engins polluants qui, non contents d’attenter à la santé des habitants, s’en prennent même à ces pauvres feuilles tourbillonnantes dont la carrière se termine aussi lamentablement. Il est vraiment urgent de libérer Paris du tout-automobile.

Et à Brétigny, qu’en est-il ? Où vont nos feuilles mortes ?

Réforme de l’affichage publicitaire.

La loi Macron 2 prévoyait une réforme de l’affichage publicitaire en autorisant l’implantation de panneaux publicitaires plus grands et plus nombreux sous le prétexte de relancer l’économie en sollicitant les citoyens pour qu’ils consomment davantage.

Mais ce mardi 9 février, Ségolène Royal et Emmanuel Macron ont indiqué que les règles ne seront pas assouplies : le gouvernement abandonne donc la réforme de l’affichage publicitaire qui aurait autorisé l’implantation de panneaux de 4 m x 3 m à l’entrée des petites communes faisant partie d’une unité urbaine de plus de 10 000 habitants – contre 100 000 habitants actuellement.

Toutefois la mesure qui ouvre la possibilité d’affichage pour les grands stades à l’occasion de la Coupe d’Europe de football de juin et juillet (Euro 2016) est maintenue. Cette disposition autorise des panneaux ne pouvant excéder 50 m2 et s’élever à plus de 10 m du sol sur l’emprise des équipements sportifs d’une capacité d’au moins 15 000 places assises – soit une cinquantaine de stades.

Les associations de défense des paysages regrettent que cette mesure n’ait pas été retirée. « A part faire un cadeau à Decaux, une des plus grosses sociétés d’affichage urbain, le maintien de cette mesure n’est pas compréhensible, d’autant que les deux tiers des stades se situent en ville. » précise Benoît Hartmann de France Nature Environnement.

Collectif 91 Non aux gaz et huile de schiste

Le Collectif 91 Non aux gaz et huile (pétrole) de schiste organise de nouvelles réunions d’information dans des communes de l’Essonne.

La prochaine réunion aura lieu à Evry, samedi 21 mars à 14h30 à la Maison des syndicats, place des Terrasses.

Une autre réunion est prévue le vendredi 3 avril à 20h30 à Breuillet salle des Larris, 8 rue des écoles.

Au programme : projection d’un documentaire suivie d’un débat animé par le Collectif. Quelques livres sont proposés à la vente pour compléter votre information.

Démocratie participative : les mots et les actes
Le « Parole » de janvier consacre un article à la démocratie participative et à la concertation. Un article qui laisse penser que Brétigny serait un modèle du genre. Certes, il y a des réunions de quartiers une fois par an, quelques commissions fonctionnent plus ou moins bien, il est possible de rencontrer le maire et ses adjoints chaque mois au marché, on fait une réunion publique quand se présente un grand projet... L’article va même jusqu’à évoquer les deux comités de quartier, alors que ceux-ci n’existent plus depuis deux ans, le poste administratif qui assurait leur secrétariat ayant été supprimé et l’élu concerné s’étant désintéressé de la chose. La vision que l’on a, à la mairie, de la concertation, se limite le plus souvent à des séances d’information de projets déjà très avancés avec questions du public. Un travail suivi, constant et approfondi, notamment avec les associations comme la nôtre par exemple, qui commence dès l’origine d’un projet et prend en compte les observations et propositions présentées, voilà la véritable concertation. Or, nous sommes le plus souvent mis devant le fait accompli, notamment en matière de circulations. La vraie démocratie participative a bien des progrès à faire à Brétigny, car elle serait, depuis quelque temps, plutôt en régression.

Compte rendu de l’assemblée générale du 13 février 2010 ( période du 7 février 2009 au 13 février 2010 )

Télécharger le compte rendu (fichier pdf - 162 Ko)

L’ADEMUB a tenu son assemblée générale le 13 février 2010 à partir de 14 h 15, à la salle Robert Barran. Présidée par Claude ROMEC, son président, elle a réuni 26 participants, porteurs de 40 pouvoirs.

I- Lecture des rapports

1- Rapport moral et d’activités (présenté par Claude Romec)

La priorité de notre action, au cours de l’année 2009, aura été la lutte contre le réchauffement climatique qui nous a mobilisés, jusqu’à la fin, avec les attentes de ce qui allait découler du sommet mondial de Copenhague. Le thème de la campagne a été « Réchauffement climatique et consommation alimentaire » et s’est décliné en trois manifestations : une soirée film-débat, une conférence-débat et une sortie à vélo avec visite d’une exploitation maraîchère biologique. Devant l’extension de la politique de "bétonnage" par la ville, notre association est restée mobilisée sur l’aménagement et l’urbanisme dans la ZAC « Clause-Bois-Badeau » et de la ZAC des « Sorbiers », dont les travaux sont prévus pour 2010. Elle sera également très vigilante sur les perspectives d’aménagement des 740 ha de la base militaire et de ses environs, sur lesquels aucune information précise n’a été divulguée. Notre seule certitude est que, depuis la levée de la servitude de bruit liée à l’activité aéroportuaire, environ 6000 ha de terres agricoles pourront être ouverts à l’urbanisation. Le projet "Valvert", qui porte sur la création d’un pôle commercial environnemental de 70 ha et l’extension de la Croix Blanche nous a mobilisés au cours de l’année 2009 et nécessitera une vigilance particulière dans les mois à venir.

Dans le domaine de la voirie, des transports et des déplacements, la charte technique départementale des circulations douces sera signée prochainement. D’autre part, l’ADEMUB suit attentivement l’installation des antennes relais du chemin des Cendrennes qui suscite des inquiétudes ; elle continue à apporter sa collaboration aux comités de quartier, au SIVOA et à veiller au respect de la réglementation sur la publicité.

Le rapport a été adopté à l’unanimité des 66 adhérents présents ou représentés .

2- Rapport financier ( présenté par H. Anquetin )

Les recettes de 3 610,32 € proviennent des cotisations des 113 adhérents et de dons de certains d’entre eux, de la subvention de la ville de Brétigny d’un montant de 560,00 € (en baisse de 20%), de la subvention du Conseil général de 1 500,00 € et des produits financiers du livret bleu.

Les dépenses se sont élevées à 2 658,57 €, le poste le plus lourd concernant les publications/informations (1 842,96 €.) Le poste « Réchauffement climatique » laisse apparaître un léger déficit de 381, 84 €, pris en charge par nos fonds propres. Le bilan général présente un solde positif de 951, 75€, qui s’explique par le fait que des intervenants n’ont pas demandé de dédommagement. Le cumul des soldes annuels positifs s’élève aujourd’hui à 5929,26€.

Une question a porté sur la nature des cotisations réglées par notre association, qui est justifiée par le fait que notre association adhère elle-même à d’autres associations ou fédérations d’associations. Un autre poste dans la rubrique "Informations" justifie des frais plus importants en 2008, en raison du changement de gestionnaire du site Internet, par suite de la cessation d’activité du précédent prestataire. Les frais que nous payons tous les 2 ans, seront gratuits cette année. Un intervenant suggère de valoriser dans le budget et dans les comptes tout le travail effectué par les bénévoles et tout ce que la commune met à notre disposition (salles, reproduction).

Le rapport a été adopté à l’unanimité des 66 adhérents présents ou représentés .

3- Rapport d’Orientation ( présenté par D. Deboise )

Un des axes de notre action vise, comme chaque année, à améliorer le dialogue avec les instances officielles, notamment, sur les aménagements de voirie (principalement en faveur des handicapés), à reprendre notre action dans le Conseil local de développement de l’Agglo du Val d’Orge, à poursuivre notre collaboration avec le SIVOA ou le Conseil général sur les questions relatives à la gestion des déchets ou des circulations douces.

Le travail avec le monde associatif (Essonne, Nature Environnement, PPIVO pour la réinsertion sociale par le maraîchage biologique...) sera accru par ADEMUB et l’activité d’information, de sensibilisation et d’implication des adhérents et de la population, poursuivie.

Nos principales actions prioritaires porteront sur la protection et le développement de la biodiversité et de la continuité biologique. La proclamation de l’année 2010, - année internationale de la biodiversité - le commencement des travaux dans le quartier "Clause" et la révision du PLU (Plan Local d’Urbanisme) nous offrent autant d’occasions de nous impliquer pleinement, en commençant par demander l’application de la Charte régionale de la biodiversité et des espaces naturels.

L’aménagement et l’urbanisme ("Clause", base militaire et ses environs, comme "Valvert", le plateau de Vert-le-Grand...) la poursuite de la campagne contre le réchauffement climatique et pour le développement durable, la lutte contre les nuisances visuelles dont l’affichage publicitaire illégal, la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre et pour la qualité de l’air, la lutte pour la qualité de l’eau et la lutte pour une réduction drastique des seuils d’émission des champs électromagnétiques sont autant de dossiers qui devrons nous mobiliser au cours de la présente année.

Des interventions ont porté sur les couloirs aériens de la base, les panneaux d’affichage et l’obligation faite aux communes d’établir un plan de réglementation de la publicité (ce qui n’a pas encore été fait par la commune de Brétigny.) Il a été indiqué qu’un dossier de 20 pages avec des photos, établi par P. Dijon, a été adressé par ADEMUB au maire. Un appel a été fait aux adhérents d’apporter leur contribution (information, n° des panneaux, photographies...). D’autres interventions ont été exprimées sur un projet de maraîchage sur la base aérienne et l’agenda 21 avec l’espoir que la ville de Brétigny réalise le sien.

C. Romec, désireux de se retirer de la présidence, a été chaleureusement remercié pour sa grande compétence, son engagement et ses résultats.

Le rapport a été adopté à l’unanimité des 66 adhérents présents ou représentés .

4- Budget prévisionnel ( présenté par H. Anquetin )

Il est de 7 000,00 € ce qui présente une augmentation sensible due, pour l’essentiel, à un accroissement du poste dépenses de publication - en prévision, notamment, des frais de confection de panneaux et de guides documentaires sur la biodiversité qui nécessitera, par ailleurs, l’édition d’un n° supplémentaire d’ADEMUB Info - et du poste "déplacements-missions". Il est prévu également de faire l’acquisition d’un rétroprojecteur, jugé indispensable pour la réalisation des conférences-débats.

Il a été proposé de ne pas augmenter les cotisations des adhérents qui seront donc maintenues à :

- 22,00 € pour un couple ;

- 15,00 € pour une personne isolée et

- 8,00 € pour les personnes en difficulté.

Le rapport a été adopté à l’unanimité des 66 adhérents présents ou représentés .

5- Motion

La motion adoptée par l’AG de 2009, visant à demander à la ville qu’une rue ou une place porte le nom de Paul Simon, n’a donné lieu à aucune réponse de la part du maire.

Il a été proposé à la présente assemblée d’en renouveler la demande, ce qu’elle a adopté à l’unanimité.

6- Election au Conseil d’administration

Les membres sortants - H. Anquetin, P. Bernardinis, G. Clément, S. Dijon, J-F Lacroix, A. et C. Romec - se sont représentés. Ils ont été réélus à l’unanimité.

P. Dijon n’a pas souhaité se représenter mais continuera à militer et à apporter son concours au CA. Les autres membres élus ou réélus en 2009 - J. Bret, D. Deboise, H. Cacciolati, A. Kergourlay et

T. Ou-Rabah - poursuivront leur mandat jusqu’en 2011 ; Alexandre Nikichuk, également élu l’an dernier, a présenté sa démission.

L’AG n’a pas demandé de vote à bulletin secret.

II- Réunion publique

A la fin de ses travaux, à 17 h, l’assemblée générale a tenu une réunion publique sur le thème "Nanoparticules et Nanosciences".

Tous les participants ont apprécié la qualité des animateurs et des différents intervenants, qui a permis une réelle information de la cinquantaine de personnes présentes sur le sujet.

Le Président Le Secrétaire

Claude ROMEC Tahar OU-RABAH




Actualités, débats, propositions