Association
pour la Défense de l'Environnement
et la Maîtrise de l'Urbanisation
à Brétigny-sur-Orge
L'ADEMUB est membre de France Nature Environnement
Accueil du siteAntennes relais et champs électromagnétiques

Lettre au maire de Brétigny du 20 décembre 2007

Télécharger la lettre (fichier pdf - 75 Ko)

Objet : Demande d’annulation de l’autorisation d’installer une antenne relais chemin des Cendrennes

Monsieur le Maire,

Nous avons été informés par les habitants du quartier d’un projet d’installation par SFR d’une antenne relais (en fait d’un pylône de 25m équipé de 3 antennes) sur la parcelle C2890 sise au n° 20 du chemin des Cendrennes, appartenant à Monsieur Bergia.

Les habitants, craignant pour leur santé et celle de leur proches, nous ont fait part de leur vive opposition à ce projet, autorisé par arrêté municipal du 22 octobre 2007 dans la discrétion la plus totale. Ils nous ont communiqué le texte de la pétition qu’ils ont signée et fait signer et qu’ils vous ont adressée par lettre du 17 décembre.

Soucieux de la défense de notre environnement, de la qualité de vie et de la sécurité sanitaire de nos concitoyens, nous vous demandons, au nom du principe de précaution, inscrit dans la Constitution française, d’annuler votre arrêté du 22 octobre. Nous comprenons d’autant moins cette autorisation que l’installation projetée se trouverait à proximité de la future école programmée dans le cadre de la ZAC des Cendrennes. Or, selon les recommandations de l’Etat, une antenne ne peut être placée à moins de 100m d’un établissement sensible (hôpital, école...). Celle-ci se trouverait en outre à proximité d’habitations, dont les plus proches sont à une quarantaine de mètres. Dans ces conditions, le risque sanitaire est pour nous évident.

A ce propos, nous tenons à votre disposition les nombreuses études scientifiques faisant état des dangers de l’exposition aux ondes électromagnétiques, études émanant principalement de pays étrangers, comme la Suède, par exemple, qui dispose d’une bien plus longue expérience que nous en matière d’implantation d’antennes relais ; de même la contribution française au programme Interphone initié par l’OMS ; ainsi que les études sur la fertilité masculine et sur les risques neurologiques, dont une étude israélienne récente montrant que l’usage intensif des téléphones portables provoque des cancers des glandes salivaires et, probablement, du cerveau.

En outre, le dossier, sommaire, présenté par SFR est incomplet dans la mesure où il n’y est fait aucune référence à la puissance installée des antennes ni aux éventuelles mesures destinées à insérer le projet dans son environnement, d’autant plus que nous nous trouvons en zone Na du PLU et à proximité de l’espace naturel sensible des Joncs Marins. Sans oublier les autres anomalies soulignées par la pétition des riverains. Dans ces conditions, nous ne pouvons que réitérer notre demande d’annulation.

Enfin, le défaut d’information étant patent dans cette affaire, nous vous demandons d’organiser dès que possible une réunion publique contradictoire permettant aux diverses parties concernées, notamment les habitants, de débattre, de faire connaître leur point de vue et leurs arguments, et d’obtenir une solution alternative qui n’attente ni à la santé humaine ni à la qualité de notre environnement.

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, nos salutations distinguées.

Pour l’ADEMUB,

Le Président

Claude ROMEC

Copies :

-M. le Préfet -Bureau de l’Environnement à Evry

-M. Laforest - SFR

-M. Verde-Ferreira -président de l’Association des propriétaires des Cendrennes