Association
pour la Défense de l'Environnement
et la Maîtrise de l'Urbanisation
à Brétigny-sur-Orge
L'ADEMUB est membre de France Nature Environnement
Accueil du siteTransports et déplacements

Brèves
CAVO : un réseau d’itinéraires cyclables

L’Agglo du Val d’Orge va se doter enfin d’un réseau d’itinéraires cyclables digne de ce nom. Ainsi, d’ici à quelques années, les cyclistes pourront emprunter, pour tous leurs déplacements dans le Val d’Orge, un réseau complet d’itinéraires hiérarchisés, aménagés, balisés et jalonnés, donc leur permettant de se rendre aisément et agréablement d’un point à un autre. Un travail important auquel nous souhaitons, en tant que représentants des usagers, prendre une part active. Nous y reviendrons ultérieurement.

(ADEMUB iNFOS n° 53 janvier 2015)

Brétigny, le RER C se modernise
Le nœud ferroviaire important que représente le site RFF de Brétigny, le plus vieillot de toute la ligne du RER C, va connaître d’importants travaux, attendus depuis longtemps. Objectifs : améliorer la régularité du RER C, augmenter la fréquence des trains s’arrêtant aux gares d’Epinay, Sainte-Geneviève, Saint-Michel et Brétigny (12 trains/heure contre 8 actuellement), allonger les heures de pointe du matin et du soir au sud de Paris (7h à 9h50 et 16h35 à 20h). Les travaux vont consister à moderniser les voies, à ajouter une voie supplémentaire avec, pour conséquence, le doublement du passage à niveau d’Essonville et l’élargissement des ponts-rails de la rue Anatole France et de la rue de la Mairie, à créer ou modifier plusieurs ouvrages d’art dont le doublement du viaduc vers Dourdan, et à fusionner les 4 postes d’aiguillage existants en un seul poste moderne, plus efficace et plus fiable. Ces travaux seront réalisés dans le cadre des emprises ferroviaires existantes. La fin des travaux, estimés à 200M d’euros (valeur 2008) et financés par l’Etat et la Région Ile-de-France, est prévue pour 2020. Quelques gênes et nuisances sont à attendre pendant ces travaux qui ne devraient pas commencer avant 2016, après l’enquête publique et la phase des études détaillées.
Convergence cycliste : Brétigny-Paris le 2 juin 2013 !

Pour Brétigny, départ dimanche 2 juin 2013 8h20 au grand parking du Carouge (près du lac) avec un vélo et un pique-nique. C’est très sympa et on n’est pas obligé de faire le retour, on peut rentrer en RER. La liberté dans Paris, où les avenues sont dégagées pour la manifestation, vaut d’être vécue !

Chaque année, une convergence cycliste est organisée en Ile -de-France.

En voici la présentation par le site Mieux se Déplacer en Bicyclette :

Le principe reste le même : des cortèges de cyclistes grossissent en se rapprochant de Paris où ils se rejoignent au cœur de Paris (Louvre-Rivoli) pour une parade finale qui les mènera vers 13 h 30 sur les pelouses des Invalides pour un pique-nique géant ;
- participation gratuite et ouverte à tous les franciliens de 8 à 88 ans sachant faire du vélo (les mineurs doivent être accompagnés par un adulte responsable) ;
- pas d’inscription nécessaire, juste un vélo en état de marche et de la bonne humeur ;
- utilisation des transports en commun, notamment au retour, pour une participation la plus large possible ; rappelons que le transport des vélos est autorisé, avec un ticket normal, sans restriction le dimanche sur tous les trains RER et Transilien (chaque voyageur doit être muni d’un titre de transport) ; profitez-en.

Cyclistes, les nouveaux forçats de la rue
ll y avait la rue de la Mairie, la rue du Général Leclerc et la rue Danielle Casanova. Il y avait le pont du Cinéma et ses rues à sens unique. Il y aura maintenant l’avenue Clause et la rue du Mesnil. La prolifération des sens uniques est en marche. Et qui dit sens unique, dit allongement, parfois considérable des itinéraires. Pour les voitures, ça pollue plus et ça incite à la vitesse. Pour les cyclistes, c’est vraiment la galère. Ce, d’autant plus qu’on leur refuse les doubles sens, pourtant imposés par la Loi. Imaginez le cycliste qui, venant de parcourir plusieurs centaines de mètres en forte pente, se voit contraint de s’arrêter aux trois-quarts pour marquer un feu rouge. Il faudra pourtant bien un jour que Brétigny respecte le Code de la Route...et les cyclistes.
Vélo-Calèche

Si vous souhaitez faire vos courses ou vous promener dans Brétigny pour en découvrir les beautés cachées... Si vous voulez économiser l’énergie et ne pas polluer, laissez donc votre voiture au garage...et appelez le 06 65 14 72 20 (courriel : py.unguran@free.fr).

Un vélo-calèche peut vous transporter, vous (une ou deux personnes) et vos bagages, à la demande, là où vous souhaitez vous rendre dans notre ville. Aller-et-retour assuré pour faire vos courses.

(Ademub infos n°45 juin 2012)

Abords du pont du Cinéma : les cyclistes sacrifiés.

Les nouveaux aménagements des abords du pont du cinéma ne donnent pas satisfaction aux piétons et, surtout, aux cyclistes, condamnés à circuler dans des conditions difficiles en l’absence de tout recours aux doubles sens cyclables dans cette zone.

A Brétigny, la multiplicité des sens uniques représente un véritable casse-tête en centre ville pour les cyclistes, qui doivent faire de longs détours pour y entrer ou en sortir.

L’évolution de la réglementation prévoyant, depuis le 1er juillet 2010, la mise en place généralisée de doubles-sens cyclables dans les rues à sens unique situées en zone 30 représentait pour eux un réel espoir. Avec la réalisation des nouveaux aménagements de voirie consécutifs au doublement du pont du Cinéma, les cyclistes espéraient une nette amélioration de leur sort avec une meilleure continuité et un plus grand confort de leurs déplacements. Hélas, nous sommes loin du compte. Non seulement plusieurs rues concernées ont été curieusement exclues de la zone 30, mais, pour celles placées en zone 30, le maire refuse la mise en double sens cyclable en invoquant des raisons de sécurité. Parmi celles-ci, citons la rue du Général Leclerc (partie haute), la rue Danielle Casanova et la rue Anatole France. Nous pensons que le maire a, de la sécurité des cyclistes, une notion très restrictive, que nous ne partageons pas, de même qu’une grande méconnaissance des nombreuses réalisations en ce domaine dans plusieurs pays d’Europe et dans beaucoup de villes et de villages français, avec des résultats tout à fait probants en matière de sécurité (les statistiques en font foi).

Dans le cas précis de la rue Anatole France, stratégique pour la continuité des déplacements cyclistes et placée sur l’itinéraire nord/sud de la communauté d’agglomération du Val d’Orge, la nature même de l’aménagement qui nous a été imposé par la Ville, privilégiant essentiellement les déplacements et la « fluidité » automobiles, interdit de fait (pour de longues années) toute circulation à double sens cyclable qui assurerait une bonne liaison avec l’avenue de la République et, au-delà, avec la rue Edouard Branly via l’avenue Pasteur.

On nous offre, certes, un double sens cyclable sur la partie basse de la rue (jusqu’à la rue du Baron Fain), à travers une contre-allée située à gauche et déjà fréquemment encombrée par des automobilistes en stationnement illicite qui se comportent comme en terrain conquis et se servent en outre de cette voie comme voie de dégagement. Avec en outre le risque, pour les cyclistes, de se trouver nez-à-nez avec un véhicule de livraison. Or, en sa partie la plus étroite, cette voie-parking est moins large que la partie la plus étroite de la voie principale de la rue Anatole France que le maire interdit pourtant aux cyclistes en double sens. Comprenne qui pourra !

En outre, cette contre-allée se termine au niveau de la rue du Baron Fain. La poursuite vers l’avenue de la République, toujours par la gauche, serait non seulement physiquement impossible, mais aussi dangereuse : problèmes des véhicules sortant du parking et des bus venant en face, ainsi que du tourne-à-droite au carrefour Anatole France/République. Alors qu’il eût suffi de nous écouter et de prévoir un autre aménagement rendant possible le double sens cyclable sur toute la longueur de la rue à droite. Cerise sur le gâteau, les cyclistes devront, contrairement à notre demande, marquer le STOP en traversée de la rue du Général-Leclerc, au sortir de la contre-allée, alors que ceux-ci devraient disposer au contraire de la priorité, comme les piétons, et que plus aucun aménagement cyclable ne prévoit aujourd’hui ,dans la région, cette brimade. Sachant que cette obligation pénalise les cyclistes, qui ne la respectent pas, les aménageurs prévoient aujourd’hui au pire un « Cédez-le-passage ».

Conséquences de tout cela : une bonne partie des cyclistes, qui ne seront pas dissuadés par de tels obstacles, continuera, face à un sens unique, soit d’utiliser malgré tout le droit que leur donne le code de la route, soit d’emprunter les trottoirs, ce qui est pourtant interdit par le même code de la route, au grand dam des piétons, ainsi pénalisés eux aussi.

Les piétons aussi...

A propos des piétons, dont le Maire dit avoir avec raison le plus grand souci, ils ne sont pourtant pas vraiment à la fête dans l’aménagement des ronds-points(*). Que l’on songe, entre autres, au parcours du combattant que doit accomplir le piéton souhaitant rejoindre la ruelle de la Gare à partir du trottoir droit de la rue Anatole France. Certes, la possibilité d’emprunter l’ancien tunnel améliore partiellement leur sort, mais, pour le reste, cela laissait à désirer dans le projet initial. Nous sommes quand même parvenus, rare concession, à faire raccourcir un peu leurs traversées et, surtout, à améliorer sensiblement leur accès à la ruelle de la Gare, où on voulait leur faire franchir un escalier mal conçu accolé à une rampe étroite. Mais celui-ci demeure encore aujourd’hui trop abrupt et interdit quasiment le passage aux fauteuils roulants, qui devront donc faire le tour par la rue d’Estienne d’Orves. De même notre conseil de séparer piétons et cyclistes par un aménagement approprié à l’intérieur du vieux tunnel a été heureusement suivi.

Conclusion : on peut considérer que cet aménagement, stratégique, des abords du pont du Cinéma ne répond pas aux attentes des usagers vulnérables, piétons et, surtout, cyclistes. Faudra-t-il attendre encore 10 ou 15 ans pour voir résolues toutes les difficultés ? A ce moment-là, l’essence coûtera fort cher et, nous l’espérons, le vélo sera enfin reconnu comme une alternative économique, écologique et sanitaire aux excès du tout-automobile. C’est bien pourquoi nous réïtérons notre demande de mise en place dès à présent de doubles sens cyclables dans toutes les rues à sens unique de la ville, sauf rares exceptions, et que, dans tout aménagement futur de voirie, on supprime autant que possible le recours aux sens uniques.

(*) Tout rond-point ou giratoire est d’ailleurs un aménagement pénalisant pour les piétons, ainsi contraints d’allonger leurs déplacements.

(article Ademub infos n°46 octobre 2012)




Transports et déplacements