Association
pour la Défense de l'Environnement
et la Maîtrise de l'Urbanisation
à Brétigny-sur-Orge
L'ADEMUB est membre de France Nature Environnement
Accueil du siteDéveloppement durableRéchauffement climatique

Pour économiser l’énergie : le DPE

Le Grenelle de l’Environnement a conduit à prendre un certain nombre de mesures afin de réduire les consommations d’énergie pour le chauffage et la production d’eau chaude dans les bâtiments résidentiels. Un outil est mis à la disposition des propriétaires : le Diagnostic de Performance Energétique ou DPE.

Qu’est ce qu’un DPE ? Il s’agit d’un diagnostic simplifié et payant réalisé par un professionnel habilité à le faire, pour un bien immobilier résidentiel, tertiaire ou de commerce, dans l’ancien ou le neuf, que ce bien soit destiné à la vente ou à la location. Il permet d’informer toutes les parties (vendeur, acheteur, locataire, agence) des besoins en énergie pour les postes chauffage, eau chaude sanitaire et refroidissement, et des coûts annuels pour ces trois postes.

Pourquoi « simplifié » ? Ce diagnostic comporte quatre pages :

Page 1 : elle présente les données administratives du site (Nom du propriétaire, adresse du site, type de bien) et résume les consommations d’énergie annuelles et absolues, le type d’énergie par usage et les coûts ainsi que la consommation d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre rapportés à la surface habitable présentés dans 2 étiquettes découpées en tranches de couleurs et lettres. Bien que cette étiquette attire l’attention, les données les plus importantes sont dans le tableau ci-contre

La page 2 comporte le descriptif sommaire du logement et de ses équipements et diverses explications concernant le DPE ;

La page 3 donne des conseils pour un bon usage (température de chauffage, eau chaude sanitaire, aération et confort d’été) ;

La page 4 (qui n’est pas toujours documentée par le diagnostiqueur !) comporte des recommandations d’améliorations énergétiques par poste (toiture, murs, planchers ...), donne parfois leur coût indicatif, le pourcentage de crédit d’impôts et les économies d’énergie attendues mais de manière non chiffrée.

Le temps passé par le diagnostiqueur ne peut excéder une heure in situ, compte tenu du faible coût relatif (environ 150 euros TTC), ce coût comprenant la visite, la saisie informatique au bureau, l’édition et l’envoi du DPE signé par courrier...

Y a-t-il une différence entre DPE et audit énergétique ? Oui ! Un audit est une étude beaucoup plus poussée et onéreuse, effectuée par un cabinet ou bureau d’études spécialisé, en général pour un bâtiment résidentiel collectif ou tertiaire. Il se traduit par un rapport d’une dizaine de pages.

Pourquoi un DPE doit-il être payant ? Parce que le diagnostiqueur doit bien vivre et que ce coût est le prix à payer pour l’impartialité ! On se méfiera donc particulièrement des DPE « gratuits » et non réglementaires délivrés sur des sites internet ou par démarchage téléphonique. Ces « faux DPE » ont un but strictement commercial de placement de produit (exemple : pompe à chaleur pour remplacer une chaudière fioul) sans que le démarcheur ait pris connaissance du site ou se soit interrogé sur la consommation réelle des occupants : les consommations sont donc surestimées dans le but d’exagérer les économies d’énergie réalisables !

Un DPE est-il précis ? Oui et Non ! Deux méthodes sont utilisables par le diagnostiqueur, non pas au choix, mais selon la date de construction du bâtiment et le mode de chauffage (individuel ou collectif), avec des avantages et inconvénients pour chacune d’elles :

Méthode dite des consommations réelles d’énergie. Elle se base sur les factures d’énergie des occupants. Cette méthode est réaliste à condition que les occupants aient un comportement « standard », n’aient pas eu d’absence prolongée, etc.

Méthode dite « 3CL » consistant à calculer l’énergie nécessaire en prenant en compte le logement ou le bâtiment : surfaces des parois et leur nature, caractéristiques des systèmes. Cette méthode est également réaliste à condition de ne pas faire d’erreur d’interprétation ou de mesure ; or, il n’est pas facile de connaitre précisément la nature d’une paroi (constitution du mur porteur, épaisseur et type d’isolant thermique, etc.) sans sondage...

Dans les deux cas, il s’agit d’estimer au mieux au moyen d’un logiciel réglementaire, le niveau de consommation « conventionnelle » du bien immobilier, c’est à dire dans des conditions normales d’occupation (nombre de personnes par rapport à la taille du logement et présence) et d’usage (température de chauffage et consommation d’eau chaude).

Quel est l’intérêt du DPE pour le propriétaire actuel ? Cela peut lui faire démarrer des travaux utiles. Il lui faudra cependant vérifier la cohérence de ce qui est préconisé et demander des conseils à ses voisins, conseil syndical de copropriété, amis et professionnels (devis, possibilités)... Au moment de la vente, un DPE montrant de bonnes performances peut aussi constituer un argument pour justifier le prix du bien immobilier.

Conclusion : le DPE n’est certes pas parfait mais constitue une base à la fois pour connaitre la qualité thermique globale d’un bien immobilier, envisager des travaux d’économie d’énergie, tout en permettant la comparaison à d’autres biens.

(Ademub infos n°48 juin 2013)