Association
pour la Défense de l'Environnement
et la Maîtrise de l'Urbanisation
à Brétigny-sur-Orge
L'ADEMUB est membre de France Nature Environnement
Accueil du siteTransports et déplacements

Brèves
CAVO : un réseau d’itinéraires cyclables

L’Agglo du Val d’Orge va se doter enfin d’un réseau d’itinéraires cyclables digne de ce nom. Ainsi, d’ici à quelques années, les cyclistes pourront emprunter, pour tous leurs déplacements dans le Val d’Orge, un réseau complet d’itinéraires hiérarchisés, aménagés, balisés et jalonnés, donc leur permettant de se rendre aisément et agréablement d’un point à un autre. Un travail important auquel nous souhaitons, en tant que représentants des usagers, prendre une part active. Nous y reviendrons ultérieurement.

(ADEMUB iNFOS n° 53 janvier 2015)

Brétigny, le RER C se modernise
Le nœud ferroviaire important que représente le site RFF de Brétigny, le plus vieillot de toute la ligne du RER C, va connaître d’importants travaux, attendus depuis longtemps. Objectifs : améliorer la régularité du RER C, augmenter la fréquence des trains s’arrêtant aux gares d’Epinay, Sainte-Geneviève, Saint-Michel et Brétigny (12 trains/heure contre 8 actuellement), allonger les heures de pointe du matin et du soir au sud de Paris (7h à 9h50 et 16h35 à 20h). Les travaux vont consister à moderniser les voies, à ajouter une voie supplémentaire avec, pour conséquence, le doublement du passage à niveau d’Essonville et l’élargissement des ponts-rails de la rue Anatole France et de la rue de la Mairie, à créer ou modifier plusieurs ouvrages d’art dont le doublement du viaduc vers Dourdan, et à fusionner les 4 postes d’aiguillage existants en un seul poste moderne, plus efficace et plus fiable. Ces travaux seront réalisés dans le cadre des emprises ferroviaires existantes. La fin des travaux, estimés à 200M d’euros (valeur 2008) et financés par l’Etat et la Région Ile-de-France, est prévue pour 2020. Quelques gênes et nuisances sont à attendre pendant ces travaux qui ne devraient pas commencer avant 2016, après l’enquête publique et la phase des études détaillées.
Convergence cycliste : Brétigny-Paris le 2 juin 2013 !

Pour Brétigny, départ dimanche 2 juin 2013 8h20 au grand parking du Carouge (près du lac) avec un vélo et un pique-nique. C’est très sympa et on n’est pas obligé de faire le retour, on peut rentrer en RER. La liberté dans Paris, où les avenues sont dégagées pour la manifestation, vaut d’être vécue !

Chaque année, une convergence cycliste est organisée en Ile -de-France.

En voici la présentation par le site Mieux se Déplacer en Bicyclette :

Le principe reste le même : des cortèges de cyclistes grossissent en se rapprochant de Paris où ils se rejoignent au cœur de Paris (Louvre-Rivoli) pour une parade finale qui les mènera vers 13 h 30 sur les pelouses des Invalides pour un pique-nique géant ;
- participation gratuite et ouverte à tous les franciliens de 8 à 88 ans sachant faire du vélo (les mineurs doivent être accompagnés par un adulte responsable) ;
- pas d’inscription nécessaire, juste un vélo en état de marche et de la bonne humeur ;
- utilisation des transports en commun, notamment au retour, pour une participation la plus large possible ; rappelons que le transport des vélos est autorisé, avec un ticket normal, sans restriction le dimanche sur tous les trains RER et Transilien (chaque voyageur doit être muni d’un titre de transport) ; profitez-en.

Cyclistes, les nouveaux forçats de la rue
ll y avait la rue de la Mairie, la rue du Général Leclerc et la rue Danielle Casanova. Il y avait le pont du Cinéma et ses rues à sens unique. Il y aura maintenant l’avenue Clause et la rue du Mesnil. La prolifération des sens uniques est en marche. Et qui dit sens unique, dit allongement, parfois considérable des itinéraires. Pour les voitures, ça pollue plus et ça incite à la vitesse. Pour les cyclistes, c’est vraiment la galère. Ce, d’autant plus qu’on leur refuse les doubles sens, pourtant imposés par la Loi. Imaginez le cycliste qui, venant de parcourir plusieurs centaines de mètres en forte pente, se voit contraint de s’arrêter aux trois-quarts pour marquer un feu rouge. Il faudra pourtant bien un jour que Brétigny respecte le Code de la Route...et les cyclistes.
Vélo-Calèche

Si vous souhaitez faire vos courses ou vous promener dans Brétigny pour en découvrir les beautés cachées... Si vous voulez économiser l’énergie et ne pas polluer, laissez donc votre voiture au garage...et appelez le 06 65 14 72 20 (courriel : py.unguran@free.fr).

Un vélo-calèche peut vous transporter, vous (une ou deux personnes) et vos bagages, à la demande, là où vous souhaitez vous rendre dans notre ville. Aller-et-retour assuré pour faire vos courses.

(Ademub infos n°45 juin 2012)

Déplacements

Liaison Centre Essonne : non à la démesure !

Prévu pour améliorer les transports dans le secteur de la Croix blanche et assurer la liaison entre l’échangeur de la Francilienne à Rosières et la RD 19 en desservant les zones d’activités nouvelles de Val Vert et de l’ex-base aérienne, le projet "Liaison Centre Essonne" (LCE) inquiète à la fois par sa démesure et son caractère autoroutier.

Un projet géant au contenu flou et imprécis. Le tracé lui-même reste flou, notamment dans le quartier de Rosières. On se contente de nous présenter un profil en travers pour une largeur totale de voirie allant de 30 à 50 m.

Sur cette largeur, on saucissonne le tout. Pour la partie 30 m, on a 6,5 m pour les voitures et camions, 7 m pour les bus et 4 m pour les piétons et les cycles, soit 17,5 m au total, séparés les uns des autres par des espaces paysagés mesurant au total 12,5 m. Pour la partie 50 m (en traversée de Val Vert), on a 4 m pour les piétons et les cycles, 14 m pour les bus, 2 x 6,5 m pour les voitures et camions et à nouveau 4 m pour les piétons et cycles, soit au total 35 m de voiries séparées par des espaces paysagés de 15 m de large au total. Un aménagement autoroutier d’un nouveau genre, quoi ! On va ainsi, sur une longueur de 3,5 km, aliéner quelque 15 ha principalement de terres agricoles à Brétigny (Orme Fourmi) et au Plessis-Pâté.

Dans ce contexte, les divers usagers se trouveront piégés, chacun isolé dans un "tunnel de verdure". Et rien n’est dit sur le traitement des intersections. Ainsi, comment feront les piétons et les cyclistes, rejetés à l’extrême sud de la voirie pour rejoindre, sur leur gauche les voies ou les sites traversés, et comment se fera leur accès à Val Vert, à la RD 117 et à la Croix blanche ? La jonction entre la LCE et la RD 117 (avenue de la Croix blanche), elle-même prévue à la requalification avec un projet de bus en site propre, n’est pas traitée, pas plus que l’articulation avec la voirie interne de Val Vert. Quel sort réserve-t-on aux piétons et cyclistes dans tout cela ? Bonjour les obstacles et les ruptures de continuité !

A propos des bus, 14 lignes sont prévues, dont 6 nouvelles. Mais on ne sait rien à leur sujet, ni d’où elles viendront ni où elles iront. Ainsi, on nous parle de la desserte de la gare de Brétigny, mais qu’est-ce que cela a à voir avec le projet LCE, la liaison entre la gare et Val Vert et la Croix blanche se faisant naturellement par la RD 117 et la traversée du Plessis-Pâté ? Et à quoi servira une ligne de bus entre Rosières et Val Vert ? Pour quels usagers ? De quelle provenance ? Et le descriptif du projet de "gare multimodale" placé en bordure nord de Val Vert, reste bien flou lui aussi.

On lit, dans le document présenté à la concertation que les transports en commun et les circulations douces (modes actifs) feront l’objet de toutes les attentions. Mais nous y lisons également que les voies de transports en commun et que les voies piétons et cycles "seront réalisées dans un second temps", sans qu’aucune indication ne soit donnée à ce sujet. Bref, si nous ajoutons à ce renvoi sine die l’importance accordée dans ce projet aux déplacements automobiles, urgence première, on ne sort pas de la logique du tout-automobile qui règne dans le Val d’Orge comme sur tout notre pays depuis des décennies.

En conclusion, l’ADEMUB doute sérieusement de la faisabilité de ce projet, sauf à espérer une nette révision de ses dimensions et de son contenu. On peut toujours rêver !

ADEMUB iNFOS n° 55 septembre 2015




Transports et déplacements