Association
pour la Défense de l'Environnement
et la Maîtrise de l'Urbanisation
à Brétigny-sur-Orge
L'ADEMUB est membre de France Nature Environnement
Accueil du siteTransports et déplacements

Brèves
CAVO : un réseau d’itinéraires cyclables

L’Agglo du Val d’Orge va se doter enfin d’un réseau d’itinéraires cyclables digne de ce nom. Ainsi, d’ici à quelques années, les cyclistes pourront emprunter, pour tous leurs déplacements dans le Val d’Orge, un réseau complet d’itinéraires hiérarchisés, aménagés, balisés et jalonnés, donc leur permettant de se rendre aisément et agréablement d’un point à un autre. Un travail important auquel nous souhaitons, en tant que représentants des usagers, prendre une part active. Nous y reviendrons ultérieurement.

(ADEMUB iNFOS n° 53 janvier 2015)

Brétigny, le RER C se modernise
Le nœud ferroviaire important que représente le site RFF de Brétigny, le plus vieillot de toute la ligne du RER C, va connaître d’importants travaux, attendus depuis longtemps. Objectifs : améliorer la régularité du RER C, augmenter la fréquence des trains s’arrêtant aux gares d’Epinay, Sainte-Geneviève, Saint-Michel et Brétigny (12 trains/heure contre 8 actuellement), allonger les heures de pointe du matin et du soir au sud de Paris (7h à 9h50 et 16h35 à 20h). Les travaux vont consister à moderniser les voies, à ajouter une voie supplémentaire avec, pour conséquence, le doublement du passage à niveau d’Essonville et l’élargissement des ponts-rails de la rue Anatole France et de la rue de la Mairie, à créer ou modifier plusieurs ouvrages d’art dont le doublement du viaduc vers Dourdan, et à fusionner les 4 postes d’aiguillage existants en un seul poste moderne, plus efficace et plus fiable. Ces travaux seront réalisés dans le cadre des emprises ferroviaires existantes. La fin des travaux, estimés à 200M d’euros (valeur 2008) et financés par l’Etat et la Région Ile-de-France, est prévue pour 2020. Quelques gênes et nuisances sont à attendre pendant ces travaux qui ne devraient pas commencer avant 2016, après l’enquête publique et la phase des études détaillées.
Convergence cycliste : Brétigny-Paris le 2 juin 2013 !

Pour Brétigny, départ dimanche 2 juin 2013 8h20 au grand parking du Carouge (près du lac) avec un vélo et un pique-nique. C’est très sympa et on n’est pas obligé de faire le retour, on peut rentrer en RER. La liberté dans Paris, où les avenues sont dégagées pour la manifestation, vaut d’être vécue !

Chaque année, une convergence cycliste est organisée en Ile -de-France.

En voici la présentation par le site Mieux se Déplacer en Bicyclette :

Le principe reste le même : des cortèges de cyclistes grossissent en se rapprochant de Paris où ils se rejoignent au cœur de Paris (Louvre-Rivoli) pour une parade finale qui les mènera vers 13 h 30 sur les pelouses des Invalides pour un pique-nique géant ;
- participation gratuite et ouverte à tous les franciliens de 8 à 88 ans sachant faire du vélo (les mineurs doivent être accompagnés par un adulte responsable) ;
- pas d’inscription nécessaire, juste un vélo en état de marche et de la bonne humeur ;
- utilisation des transports en commun, notamment au retour, pour une participation la plus large possible ; rappelons que le transport des vélos est autorisé, avec un ticket normal, sans restriction le dimanche sur tous les trains RER et Transilien (chaque voyageur doit être muni d’un titre de transport) ; profitez-en.

Cyclistes, les nouveaux forçats de la rue
ll y avait la rue de la Mairie, la rue du Général Leclerc et la rue Danielle Casanova. Il y avait le pont du Cinéma et ses rues à sens unique. Il y aura maintenant l’avenue Clause et la rue du Mesnil. La prolifération des sens uniques est en marche. Et qui dit sens unique, dit allongement, parfois considérable des itinéraires. Pour les voitures, ça pollue plus et ça incite à la vitesse. Pour les cyclistes, c’est vraiment la galère. Ce, d’autant plus qu’on leur refuse les doubles sens, pourtant imposés par la Loi. Imaginez le cycliste qui, venant de parcourir plusieurs centaines de mètres en forte pente, se voit contraint de s’arrêter aux trois-quarts pour marquer un feu rouge. Il faudra pourtant bien un jour que Brétigny respecte le Code de la Route...et les cyclistes.
Vélo-Calèche

Si vous souhaitez faire vos courses ou vous promener dans Brétigny pour en découvrir les beautés cachées... Si vous voulez économiser l’énergie et ne pas polluer, laissez donc votre voiture au garage...et appelez le 06 65 14 72 20 (courriel : py.unguran@free.fr).

Un vélo-calèche peut vous transporter, vous (une ou deux personnes) et vos bagages, à la demande, là où vous souhaitez vous rendre dans notre ville. Aller-et-retour assuré pour faire vos courses.

(Ademub infos n°45 juin 2012)

Déplacements

BRÉTIGNY BIENTÔT VILLE APAISÉE ?

Les accidents de piétons sont en hausse dans nos villes...Ceux de cyclistes aussi... Principal accusé : la vitesse des voitures. Solutions : une ville apaisée et beaucoup de pédagogie. Où en sommes-nous à Brétigny ?

La presse s’est faite l’écho, depuis plusieurs mois, des problèmes d’insécurité que rencontrent de plus en plus les piétons dans nos villes où les accidents sont en nette hausse.

En 2016, on a constaté une augmentation de 19% de la mortalité piétonne par rapport à 2015. Selon une enquête OpinionWay réalisée en 2015 sur toute la France, 85% des piétons s’estimaient être en danger dans leurs déplacements.

L’association nationale Les Droits du Piéton reconnaît certes l’imprudence parfois des piétons eux-mêmes mais elle incrimine surtout les automobilistes. Certains roulent trop vite et ne respectent pas les piétons, usagers vulnérables, surtout dans les passages dits « protégés » où ils forcent le passage alors que le piéton y est absolument prioritaire et doit s’y sentir en sécurité.

Sont accusés également tous ces engins roulants, plus ou moins nouveaux, trottinettes et patinettes pour adultes, électriques ou non, gyropodes ou autres « hoverboards » qui envahissent de plus en plus les trottoirs et dont la vitesse (jusqu’à 30-35 km/h) est jugée excessive. Selon l’association Les Droits du Piéton, ces engins n’ont rien à faire sur les trottoirs.

Même constat chez les cyclistes dont le nombre de tués a augmenté de 22% par rapport à 2010. Certes, le nombre de cyclistes a lui-même fortement augmenté, et le comportement de certains d’entre eux est inacceptable et dangereux pour eux-mêmes comme pour les piétons. Mais, selon le mouvement Mon vélo est une vie, les automobilistes, par leurs comportements, notamment les excès de vitesse, sont les premiers responsables.

Zones 30 et doubles-sens cyclables

C’est précisément pour lutter contre ces facteurs d’insécurité que la Ville de Brétigny, avec le soutien indéfectible de l’ADEMUB, a entrepris une politique visant à réduire la vitesse et à protéger ainsi les usagers vulnérables dans notre ville en facilitant leurs déplacements. Une première tranche de travaux d’aménagement a commencé avec le centre-ville élargi, la Moinerie et le quartier Clause par la mise en zone 30 ou en zone de rencontre et, dans ce cadre, la mise en double-sens cyclable quasi-systématique des rues à sens unique. Cela provoque, parmi la population brétignolaise, quelques réactions mitigées dues essentiellement à un manque d’information. Or, depuis 20 à 30 ans qu’ont été instaurés les double-sens cyclables (DSC), on n’a enregistré, partout en Europe, aucun accident mortel dans un double-sens cyclable. Le fait que les protagonistes (chauffeur de véhicule et cycliste) se voient clairement, joue un rôle majeur. Ce qui a pour avantage de réduire la vitesse et d’apaiser ainsi la circulation pour le profit de tous.

Il s’agit là des premières étapes. Il importe, dans les années à venir, de poursuivre cette politique, notamment dans le quartier des Cendrennes et dans d’autres zones résidentielles. L’objectif doit être « la ville à 30 » où la règle sera le 30 km/h et l’exception le 50 km/h.

Mais la réussite d’une telle politique dépend d’un gros effort de pédagogie. C’est l’enjeu de ces prochaines années. La ville de Brétigny doit entreprendre au plus tôt une campagne pluriannuelle d’information et de formation de nos concitoyens.

PS : Nous n’oublions pas nos amis piétons qui feront l’objet de toutes nos attentions dans un prochain numéro.

ADEMUB iNFOS n°61 septembre 2017




Transports et déplacements