Association
pour la Défense de l'Environnement
et la Maîtrise de l'Urbanisation
à Brétigny-sur-Orge
L'ADEMUB est membre de France Nature Environnement
Accueil du siteUrbanisme

Brèves
Un essaim d’un nouveau genre

Dans la dernière édition de Paroles, on nous annonce que les poiriers (pour faire savant : pyrus calleryana "Chanticleer") plantés récemment boulevard de la République vont "essaimer". Ainsi, va-t-on retrouver l’arbre favori de notre maire un peu partout dans la ville.

Pourquoi pas ?

C’est joli. Mais il faut quand même savoir qu’il s’agit d’un arbre à croissance lente et que sa présence, notamment boulevard de la République, apportera une faible part de biodiversité dans la continuité écologique tant souhaitée pour lutter contre les effets du réchauffement climatique au cours des années à venir. La faune arboricole, notamment les oiseaux, n’y trouvera guère son compte.

Article lu sur le site de l’Agglo

« Rencontre entre Metz Métropole, l’Agglo du Val d’Orge et la Chambre d’Agriculture organisée par la SAFER Ile-de-France, mercredi 2 mai, sur la Base Aérienne 217 ».

« Dans le cadre de la redynamisation des sites de défenses, la Base Aérienne 128, située en Moselle, fermera ses portes en septembre prochain. Aussi , les équipes de Metz Métropole sont venues à la rencontre de l’Agglo et de ses partenaires afin d’être informés des différents projets engagés pour la reconversion du site de la BA 217, et notamment du projet de maraichage biologique. En effet, Metz Métropole souhaite, comme l’Agglo, proposer des projets d’avenir durables pour les habitants et le territoire ».

Avis de l’ADEMUB : Quand on se rappelle l’opposition farouche d’Olivier Léonhardt, président de l’Agglo, à tout projet agricole sur le site de la Base (« pas assez créateur d’emplois » !), on se permet de sourire de ce revirement. Le chemin de Damas passerait donc par le Val d’Orge…

(Ademub infos n°45 juin 2012)

Base aérienne et Ligne à grande vitesse

Sur ces deux projets controversés, la ligne à grande vitesse Paris-Orléans-Clermont-Lyon et la reconversion de la base aérienne, l’ADEMUB a réalisé deux exposés donnant nos positions, que vous pouvez consulter sur notre site www.ademub.asso.fr, dans la rubrique « actualités ».

(Ademub infos n°45 juin 2012)

Un patinodrome sur le site de la base ?

Le roller-skate, alias patin à roulettes, n’est pas seulement un jeu, mais un sport en plein développement (50.000 licenciés en France). Et notre pays ne dispose d’aucun équipement permettant aux adeptes de haut niveau de ce sport de s’entraîner correctement Aussi est-il question d’héberger un « patinodrome » sur le site de la base aérienne en reconversion. Celui-ci, d’une surface de 2 ha, serait implanté dans les 95 ha dévolus à la ville de Brétigny, non loin sans doute de la RD 19. La Ville y serait, dit-on, favorable. Le coût, 12 millions d’euros, représente sans doute le principal obstacle, mais la Fédération française de roller sport, annonce qu’elle aurait déjà trouvé des partenaires publics et privés. Si nous avons combattu le projet de grand stade de rugby pour son coût (600 millions d’euros), son impact traumatisant sur l’environnement à dominante agricole de la base et son utilité discutable (il faut d’abord rentabiliser le stade de France), nous soutenons en revanche ce projet aux proportions modestes et correspondant à un réel besoin, pour autant qu’il s’insère parfaitement dans son environnement.

(Ademub infos n°45 juin 2012)

Affichage illégal : Brétigny prépare un nouveau règlement

Une rencontre avec les responsables urbanisme et développement économique de la Ville nous a permis de connaître leurs objectifs dans le domaine de l’affichage.

La Ville a la volonté de faire payer la TLPE (taxe locale sur les publicités extérieures) aux annonceurs légaux, essentiellement sur les panneaux 4 x 3. Elle perçoit déjà une taxe, pour un montant d’environ 20.000 euros par an. Mais un cabinet d’études, déjà choisi, va recenser toutes les publicités et enseignes de la ville afin d’établir cette nouvelle TLPE (applicable en 2013) et de ne pas laisser des annonceurs passer entre les mailles du filet. Ce recensement, dont le résultat est attendu en juin, sera suivi de la modification du règlement local de publicité. Il est prévu que nous soyons invités à participer aux réunions organisées entre le cabinet d’études et la Ville. La municipalité ayant la possibilité d’établir un règlement moins contraignant que le code de l’environnement national, ce qui est déjà le cas, nous serons donc vigilants sur les révisions proposées. Nous avons pointé l’importance de prendre des arrêtés exigeant le démontage des panneaux qui s’avèreraient illégaux.

Aménagement

Friche LIMAGRAIN : ne pas oublier l’impératif environnemental !

Nous avons eu droit au printemps à une savante démonstration tendant à nous prouver que, pour couvrir les coûts d’acquisition et d’aménagement des 58 000 m² de la friche (plus un gymnase), il faudra construire 290 logements supplémentaires sur les 22 400 m² (soit 1/3) affectés à l’urbanisation, les 36 000 m² restants (soit 2/3) étant consacrés au prolongement du parc jusqu’à la rue Charpak.

Maigre consolation : la livraison des derniers logements est repoussée à 2029, au lieu de 2026, mais nous en aurons donc bien 2 570 au final sur le quartier Clause-Bois Badeau.

En matière d’aménagement, un principe doit s’imposer : préserver, voire renforcer, la biodiversité et la continuité écologique de l’ensemble, en soignant notamment la transition entre le parc et les parties urbanisées. La nature doit être au cœur de la ville, réchauffement climatique oblige.

Parmi les scénarios présentés, notre choix s’est porté sur celui qui donne une grande ouverture sur le parc et assure un meilleur équilibre entre formes bâties hautes et basses. D’une manière générale tout doit être fait pour faciliter au maximum les déplacements piétonniers et cyclistes dans l’ensemble du quartier. Un traitement particulier devra être réservé à l’aménagement de la voie reliant l’avenue Levi-Strauss à la place Garcia Lorca.

Aux plans de bâti présentés, satisfaisants dans l’ensemble, quelques corrections devront être apportées. Notamment, il faudra remédier à l’inconvénient que représente la disposition et le volume de l’immeuble haut bordant la rue Charpak, car celui-ci vient occulter la vue sur le parc pour les habitants logés le plus au sud du Jardin des Muses.

Enfin, concernant les équipements et services, il conviendra d’éviter les doublons avec le centre-ville proche, et donner la priorité aux activités s’inscrivant dans une démarche d’économie circulaire et sociale. Nous y reviendrons.

ADEMUB iNFOS n° 64 septembre 2018