Association
pour la Défense de l'Environnement
et la Maîtrise de l'Urbanisation
à Brétigny-sur-Orge
L'ADEMUB est membre de France Nature Environnement
Accueil du siteActualités, débats, propositions

Brèves
Assemblée générale samedi 29 février 2020

Comme l’année 2019 est terminée, l’ADEMUB prépare son Assemblée générale pour présenter le bilan de son activité durant celle-ci.

Elle aura lieu le samedi 29 février 2020 salle Barran à Brétigny-sur-Orge à 14h15.

Nous vous remercions de bien noter dès maintenant la date. Il est important que le maximum d’adhérents puisse participer à celle-ci. En effet depuis plusieurs années des personnes qui étaient au conseil d’administration ont quitté Brétigny. Alors comme il y a toujours de quoi faire, il est nécessaire que de nouvelles personnes viennent renforcer le conseil actuel.

Nous comptons sur votre participation ce samedi 29 février. Merci !

Assemblée Générale : Samedi 16 Février 2019 à 14h15

Toutes les adhérentes et tous les adhérents sont invités à participer à l’Assemblée générale de l’ADEMUB qui aura lieu samedi prochain 16 février à 14h15. Elle se tiendra salle Barran (48 rue du Bois de Châtres) à Brétigny-sur-Orge.

Au programme, lecture et présentation des rapports moral et d’activité, financier et d’orientation. Approbation des comptes de l’année 2018. Budget prévisionnel 2019, fixation des cotisations 2020. Votes. Approbation du changement de siège social. Renouvellement partiel du Conseil d’administration.

L’assemblée générale sera suivie par la réunion publique sur le dérèglement climatique (voir ci-contre) et la rencontre se terminera par le partage d’un pot.

Protégeons nos terres agricoles : signons la pétition

L’équivalent en terres agricoles d’un département français disparaît tous les sept ans. Notre agglomération Cœur d’Essonne, est sur ce point particulièrement menacée. Quelque 500 ha de terres agricoles et d’espaces naturels ont disparu ces dernières années ou vont disparaitre au profit de l’urbanisation.

L’urbanisation excessive nuit à notre qualité de vie et l’ADEMUB milite pour une agriculture de proximité, pour une économie circulaire, préservant les ressources naturelles.

L’agglomération Cœur d’Essonne doit procéder, à l’élaboration de son Projet de Territoire et de son Plan Climat-Air-Énergie territorial. Dans cette perspective, les associations environnementales (dont l’ADEMUB) ont lancé une pétition pour demander la sanctuarisation des dernières terres agricoles.

Déjà plus de 800 personnes l’ont signée. Il est toujours possible de signer la pétition sur internet à l’adresse suivante : https://www.change.org/p/terres-agricoles-cea Alors signons tous la pétition !

« Prêt à jeter »

C’est le titre du documentaire franco-espagnol qui sera rediffusé ce samedi 3 mars à 22h20 sur Arte. Réalisé par Cosima Dannoritzer, ce documentaire a pour thème : l’obsolescence programmée.

Notre modèle de croissance ne peut fonctionner qu’en jetant pour les remplacer –et plutôt assez rapidement- les biens ou produits que nous utilisons dans notre vie quotidienne : un produit jeté = un produit vendu ! Dans les années 50, un concepteur américain déclarait : « Une nation comme la nôtre transforme ses ingénieurs en destructeurs ».

L’obsolescence programmée : une idée vieille comme l’industrie et plus que jamais d’actualité.

Alors n’oubliez pas samedi 3 mars à 22h20 sur Arte.

Sauvons les terres agricoles !
Sur notre agglomération, de nombreuses terres agricoles ont disparu et d’autres sont menacées. La fédération Orge Hurepoix Environnement vous invite à signer une pétition. Il vous suffit de taper « change.org orge hurepoix environnement » sur votre moteur de recherche. La ligne « Pétition. Monsieur le Président de Cœur d’Essonne … » s’affiche. Vous n’avez plus qu’à cliquer dessus.

Éditorial

Agir sur les causes du réchauffement climatique et organiser la résilience.

Dans la continuité de sa démarche vers une transition écologique réussie, au terme de son programme de trois années sur l’économie circulaire et la lutte contre le gaspillage, l’ADEMUB a décidé de lancer une nouvelle campagne de sensibilisation et d’informations sur le dérèglement climatique. Comment lutter efficacement ? Dans un premier temps permettre à tous de mieux appréhender les questions liées au climat, et voir les types d’actions à développer, à planifier, qui contribueront à notre adaptation à ce monde qui vient.

Tout d’abord quelques bases. Le manteau atmosphérique qui entoure notre planète, l’air que nous respirons, sont composés de gaz dont certains retiennent la chaleur du soleil. Ce sont les fameux gaz à effet de serre (GES). Les spécialistes en dénombrent une quarantaine mais nous ne citerons ici que les principaux, d’origine humaine. On en retiendra quatre. Le premier : le dioxyde de carbone ou gaz carbonique (CO2) atteint aujourd’hui une concentration dans l’air jamais atteinte depuis des millions d’années, et reste dans l’atmosphère une centaine d’années ; le deuxième : le méthane (CH4) de concentration fortement augmentée reste dans l’atmosphère une douzaine d’année (28 fois plus réchauffant que le CO2). Le troisième : le protoxyde d’azote (N2O) de concentration fortement augmentée avec le trafic routier et la fertilisation azotée des sols, puissant gaz à effet de serre (298 fois plus réchauffant que le CO2). Le quatrième : l’ozone (O3), d’odeur caractéristique, se forme à partir des oxydes d’azote (NOX) quand existe un fort ensoleillement ; on parle alors de « pic d’ozone ». Il provient essentiellement de la combustion d’énergies fossiles.

Ces GES sont en constante augmentation, et provoquent, par effet de serre, une augmentation du réchauffement de la planète. Et plus il y a réchauffement, plus il y a production de GES. Et la machine risque de s’emballer. Ce réchauffement, mesuré par tous les spécialistes, entraîne un dérèglement des différents climats de notre planète avec, pour conséquences, des sécheresses, des incendies, des inondations, des cyclones...et leurs corollaires : famines, conflits et migrations des populations les plus vulnérables. L’ONU prévoit un milliard de réfugiés climatiques d’ici à 2050.

Alors que faire ? Surtout ne pas tout attendre des États. Pour chacun d’entre nous, solidairement et selon ses moyens, il y aura, dans tous les domaines de la vie courante, des efforts à consentir. C’est donc avec des propositions d’actions concrètes que l’ADEMUB reviendra vers vous prochainement. Ne pas perdre de vue que la priorité majeure pour notre humanité est la préservation de l’environnement, que cela concerne chacun de nous. Et que chacun de nous peut agir.

Une première information sous forme de débat public aura lieu à l’issue de notre prochaine assemblée générale qui se tiendra le samedi 16 février prochain, salle Barran. Nous invitons nos adhérents à venir nombreux et nos lecteurs à participer avec eux.

ADEMUB iNFOS n°65 janvier 2019




Actualités, débats, propositions